Un rendez-vous pour un nouvel appel

La vie des disciples avec Jésus est faite d’appels. Jusqu’au bout…

Les onze disciples allèrent en Galilée, sur la montagne que Jésus leur avait désignée. Quand ils le virent, ils se prosternèrent |devant lui|, mais quelques-uns eurent des doutes. Jésus s’approcha et leur dit:
« Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez donc, faites de toutes les nations des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et enseignez-leur à mettre en pratique tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » Matthieu 28.16-20

Ces dernières paroles de Jésus à ses disciples sont tout sauf anodines, c’est le dernier appel qu’il leur adresse de vive voix. Cette fois, l’appel n’est pas individuel, comme lorsqu’il est venu trouver chacun d’entre eux, il est collectif. Cet appel est considéré (à juste titre!) comme fondateur de la mission de l’Église. C’est un appel important à ruminer encore aujourd’hui parce qu’il nous concerne ensemble, comme groupe, comme assemblée. Je vous propose de voir quel éclairage et quel encouragement il nous laisse pour notre petite assemblée ce matin…


Tout commence par un rendez-vous…

N’oubliez pas votre rendez-vous ! Venez !…

→ Jésus donne rendez-vous à ses disciples

Chez Matthieu, seules les femmes sont témoins de la résurrection. Quand elles se rendent au tombeau, un ange apparaît et roule la pierre. Les soldats qui gardent la tombe sont terrorisés mais l’ange dit aux femmes :

Quant à vous, n’ayez pas peur, car je sais que vous cherchez Jésus, celui qui a été crucifié. Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit. Venez voir l’endroit où le Seigneur était couché et allez vite dire à ses disciples qu’il est ressuscité. Il vous précède en Galilée. C’est là que vous le verrez. Voilà, je vous l’ai dit.  Matthieu 28.5-7

Jésus lui-même en remet une couche :

N’ayez pas peur! Allez dire à mes frères de se rendre en Galilée: c’est là qu’ils me verront.Matthieu 28.10

Jésus s’est assuré que le message serait bien transmis à ses disciples! Il leur fixe un rendez-vous, en Galilée. Un rendez-vous important…

Pour rencontrer le Christ ressuscité, il faut accepter de le retrouver au rendez-vous qu’il fixe !

→ La Galilée : un retour aux sources

Mais pourquoi en Galilée? (pas Jérusalem, ou ailleurs…) … C’est loin!… Le lieu du rendez-vous n’est pas anodin. C’est bien en Galilée que Jésus avait appelé ses disciples à le suivre. C’est là que tout a commencé pour eux : lieu de leur première rencontre, de leur appel. C’est un peu un retour aux sources pour eux.

En leur donnant rendez-vous en Galilée, Jésus laisse entendre à ses disciples qu’il a un nouvel appel à leur adresser.

Depuis que Jésus est mort et ressuscité, la mission de ses disciples prend peut-être une nouvelle dimension !

→ Nos rendez-vous avec le Christ 

Notre vie de disciple évolue… comme l’appel que nous avons reçu. L’appel de Jésus se renouvelle, s’affine au fil de notre marche avec Lui. Ne manquons pas les rendez-vous que le Christ nous donne.

Exemple concret : les cultes. N’est-ce pas un rendez-vous auquel le Christ nous convie? D’ailleurs, vous êtes là ce matin! Venus à un rendez-vous avec le Christ ? Désir d’entendre son appel ?

Être aux rendez-vous que nous fixe le Christ demande des efforts de notre part. Comme les disciples qui devaient se rendre en Galilée…

Tous ces efforts marquent nos engagements, non envers les institutions ou les rites religieux, mais envers nous-même, ces rendez-vous que Dieu est venu fixer dans notre vie personnelle.

Vous êtes venus à moi ? …Maintenant allez !

Sur quoi se concentre donc l’appel que Jésus adresse à ses disciples en Galilée? Sur un verbe, à l’impératif : “allez !” … à l’opposé de celui que Jésus avait adressé à ses disciples trois ans plus tôt. (“Viens et suis-moi !”)

→ Allez chez tous les peuples

Ne restez pas entre vous ou seulement avec ceux qui vous ressemblent. Allez vers tous, vers ceux qui vous sont étrangers, qu’ils habitent de l’autre côté de la terre ou sur le même pâté de maison.

Car l’Évangile est pour tous, pour tous les peuples, pour toutes les cultures. L’Évangile n’est pas nationaliste, ou culturel…

L’Évangile nous pousse donc à nous ouvrir sur ceux l’autre, le différent, l’étranger.

→ Allez faire des disciples

Aller, pour quoi faire? Des disciples ! Cool on va se faire plein de petits copains, les faire comme nous… comment ça pas comme nous? Des disciples du Christ. Pas des disciples de notre Église, ou des partisans de notre religion !

Et devenir un disciple, selon les paroles de Jésus, c’est : être baptisé au nom du Père, du Fils et de l’Esprit Saint et apprendre à obéir à tous ses commandements. Notez bien l’ordre : d’abord le baptême, ensuite l’enseignement. Il ne s’agit pas d’attendre d’avoir tout compris pour en être, pour vivre et manifester cette appartenance.
Une vie de disciple du Christ a un commencement (le baptême) mais pas de fin.

Le statut de disciple ne vient pas de vous mais de celui qui vous appelle. Ce n’est pas une norme de qualité ou de format mais la marque de l’exposition de toute une vie à un enseignement : celui du Christ !

→ Allez et je viendrai avec vous !

Enfin, n’oublions pas la promesse qui accompagne l’appel du Seigneur : « Et moi, je suis avec vous tous les jours… »

Le “Et moi” est emphatique en grec. C’est-à-dire que Jésus s’inclut dedans. Il fait pleinement partie de ce mouvement transmis aux disciples (Allez je suis avec vous!)

La nature même du disciple est d’être avec Jésus, or Jésus est déjà en mouvement, pas coupé du monde dans des tours d’ivoire spirituelles. Le Christ ne reste pas dans nos bâtiments. Il bouge se déplace et emmène ses disciples dans le sillage.


Les dernières paroles de Jésus dans cet Évangile sont bien des paroles fondatrices de la mission de l’Église. Et l’Église, c’est nous ! Nous sommes les héritiers de ces disciples auxquels Jésus s’adressait, et nous le sommes parce que ces disciples, dans le mouvement de cet appel de Jésus, ont transmis à d’autres disciples, qui à d’autres… jusqu’à nous.

L’appel de Jésus, à le retrouver, à porter l’évangile, à accompagner d’autres vers le discipulat continue de se répéter. Jésus nous fixe des rendez-vous au cœur même de ce qui est familier dans nos vies, Il le fait pour renouveler son appel, pour nous amener plus loin, avec lui.

Une chose ne changera jamais: la présence avec nous de Jésus-Christ, selon sa promesse. Ne négligeons pas nos rendez-vous avec le Christ. Levons-nous et allons! Il y est déjà, il nous précède, c’est lui qui trace, qui est même, le Chemin !

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire