Un épisode banal et prophétique à la fois

Luc 2.40-52
L’enfant grandit et se développe. Il est rempli de sagesse, et le Dieu d’amour est avec lui. Chaque année, les parents de Jésus vont à Jérusalem pour la fête de la Pâque.

Quand Jésus a douze ans, il vient avec eux, comme c’est la coutume. Après la fête, ils repartent, mais l’enfant Jésus reste à Jérusalem, et ses parents ne s’en aperçoivent pas. Ils pensent que l’enfant est avec les autres voyageurs.
Ils marchent pendant une journée, puis ils se mettent à le chercher parmi leurs parents et leurs amis. Mais ils ne le trouvent pas. Alors ils retournent à Jérusalem en le cherchant. Le troisième jour, ils trouvent l’enfant dans le temple. Il est assis au milieu des maîtres juifs, il les écoute et leur pose des questions. Tous ceux qui entendent l’enfant sont surpris par ses réponses pleines de sagesse.
Quand ses parents le voient, ils sont vraiment très étonnés, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi est-ce que tu nous as fait cela ? Regarde ! Ton père et moi, nous étions très inquiets en te cherchant. »
Il leur répond : « Vous m’avez cherché, pourquoi ? Vous ne savez donc pas que je dois être dans la maison de mon Père ? » Mais ses parents ne comprennent pas cette parole.

Ensuite, Jésus retourne avec eux à Nazareth. Il obéit à ses parents. Sa mère garde toutes ces choses dans son cœur. Jésus grandit, sa sagesse se développe et il se rend agréable à Dieu et aux hommes. 

Les évangiles canoniques sont peu bavards sur l’enfance de Jésus.
On connaît l’histoire de sa conception miraculeuse, de sa naissance, … Nous avons l’habitude de se commémorer cet épisode à le 25décembre, à Noël.
Nous connaissons assez bien la période de son ministère, même si les Evangiles, ne donnent pas tous les détails de cette période de 3 ans.

Mais entre temps, rien, ou pas grand-chose.

Peut-être que si la Parole n’en parle que très peu, c’est que ce n’est pas si important que ça ; que somme toute, Jésus était un enfant, un adolescent assez banal.

Pourtant, moi qui suis assez curieux, je me pose plusieurs questions :

  • Comment était Jésus enfant ?
  • Quelle conscience avait-il de sa personne et sa mission ?
  • Accomplissait-il des miracles ?

Peut-être vous posez vous aussi ces questions.

En réalité, si on excepte la visite des mages qu’on peut difficilement dater et les premiers jours de sa vie, cet épisode est le seul qui évoque un moment de la vie de Jésus entre sa naissance et le début de son ministère public. Il est le seul qui lève le voile sur 30 ans de présence incognito du Fils de Dieu sur la terre

Un épisode banal

Si les évangiles canoniques sont presque muets sur l’enfance de Jésus, les évangiles apocryphes, par contre, contiennent de nombreux récits parfois extravagants.
Je rappelle que nous ne reconnaissons pas à ces écrits apocryphes le caractère inspiré, raison pour laquelle ils ne figurent pas dans nos Bibles.

On y voit Jésus accomplir des miracles en enfant capricieux : par exemple il pétrit des moineaux à partir de terre glaise un jour de sabbat et leur donne vie d’un claquement de mains, ou alors, irrité par un enfant qui le bouscule, il le terrasse d’une seule parole.
Ailleurs il apparaît comme un surdoué qui remet en place son maître d’école.

Tout cela contraste avec l’extrême sobriété des évangiles bibliques. Car au premier abord, même s’il y a bien quelques aspects étonnants, le seul récit de l’enfance dans les évangiles canoniques est banal. Il apparaît même dans le texte comme une parenthèse : les versets 40 et 52, qui encadrent notre récit, disent à peu près la même chose.
C’est donc l’histoire d’un enfant perdu dans une foule et finalement retrouvé par ses parents. On pourrait presque entendre : « Le petit Jésus a perdu ses parents et les attend à la l’accueil du magasin ».

Les pèlerinages à Jérusalem pour les différentes fêtes suscitaient de grands mouvements de foules. On s’y rendait en famille, au sens large, et on se déplaçait en grands groupes. Ce qui explique que Marie et Joseph n’aient pas réalisé tout de suite que Jésus n’était plus avec eux. Ils pensaient sans doute qu’il était avec les autres enfants.
Quand ils réalisent qu’il n’est plus dans le groupe, l’angoisse les saisit. Je ne sais pas si vous avez perdu un enfant dans une foule ça m’est arrivé, et je peux imaginer l’angoisse qu’ont pu ressentir Marie et Joseph. Mon fils, nous l’avons retrouvé au bout d’1/4 d’heure. Le temps peut paraître très long dans ces moments là !
Joseph et Marie font demi-tour et vont le chercher à Jérusalem. Et ils finissent par le retrouver au temple. Puis tout redevient comme avant : « Jésus grandit, sa sagesse se développe et il se rend agréable à Dieu et aux hommes. »

Nous voyons ici un incident banal au milieu d’une enfance tout ce qu’il y a de plus normale, comme pour n’importe quel enfant. Mais cette banalité est importante car elle témoigne de la réalité de l’incarnation. Pour que le Fils de Dieu devienne homme, il fallait qu’il nous rejoigne aussi dans notre banalité, notre quotidien.

Ça n’aurait pas été le cas s’il s’était incarné en surhomme, comme nous le présente un peu les évangiles apocryphes. Jésus n’est pas Super Jésus. Jésus n’est pas un super-héros, il est notre frère en humanité.

Un récit prophétique

Ceci dit, derrière la banalité se cache autre chose, notamment dans la façon dont Luc raconte cet épisode. Une phrase en fin de récit nous met la puce à l’oreille : « Sa mère garde toutes ces choses dans son cœur. »
Et si on mène l’enquête, on se rend compte qu’il y a quelques indices cachés indiquant que ce texte va au-delà de l’épisode banal.

Tout d’abord, les événements se passent alors que Jésus a 12 ans. Était-ce la première fois qu’il accompagnait ses parents à Jérusalem pour la Pâque ou le faisait-il chaque année, on ne sait pas. Mais il se trouve que ce nombre 12 a une portée symbolique dans la Bible, désignant le peuple de Dieu (les 12 tribus, les 12 apôtres…).

Autre élément intéressant lorsqu’on connaît la suite de l’histoire : Jésus est retrouvé par ses parents le troisième jour. Mon fils, nous l’avons retrouvé au bout d’1/4 d’heure. Mais pendant 3 jours Jésus était perdu, comme mort pour ses parents.
Et le troisième jours ils le découvrent vivant !
Et en plus ça se passe pendant la fête de la Pâque !
Est-ce vraiment une coïncidence ?

Ensuite, il y a le fait que Jésus discute avec les maîtres de la Loi. Il les écoute et pose des questions. Et il fait preuve d’une sagesse qui étonne ceux qui l’entendent. Plus tard, ce seront eux, les chefs religieux, qui poseront des questions à Jésus, la plupart du temps pour le piéger. Et les foules seront toujours étonnées par sa sagesse… C’est comme si l’affrontement futur de Jésus avec les chefs religieux se préparait déjà, ici, dans le temple, lorsque Jésus a 12 ans.

Enfin, il y a la réponse de Jésus à l’inquiétude de ses parents : « Vous m’avez cherché, pourquoi ? Vous ne savez donc pas que je dois être dans la maison de mon Père ? ». Et là, ces paroles sont vraiment étonnantes. Elles traduisent déjà un lien particulier de Jésus avec ses parents, préfigurant ce qu’il dira plus tard et qui sera mal perçu par sa famille :

Alors on annonce à Jésus : « Ta mère et tes frères sont là, dehors, ils veulent te voir. ». Mais Jésus dit à tout le monde : « Ma mère et mes frères, ce sont les gens qui écoutent la parole de Dieu et qui lui obéissent. » Luc 8.20-21
Il y a dans ce dialogue de Jésus enfant avec ses parents quelque chose du décalage et de l’incompréhension à laquelle Jésus devra faire face dans son ministère, de la part des siens.

Je ne crois pas que tous ces indices soient des coïncidences.
La façon dont Luc raconte cet épisode banal de l’enfance de Jésus annonce ce que sera le ministère de Jésus un peu moins de vingt ans plus tard. Petit à petit, Dieu préparait Jésus à l’accomplissement de sa mission. Dieu prend le temps de la préparation de son plan. Toute l’histoire biblique en témoigne, déployant sur plusieurs siècles l’action de Dieu jusqu’à l’accomplissement de la mort et la résurrection de Jésus-Christ. Dieu prend le temps…

Et c’est vrai aussi dans notre vie où nous aimerions souvent que les choses avancent plus vite, que tout soit réglé d’un claquement de doigt ou d’une simple prière. Il y a des accomplissements qui demandent une attente et une préparation. Et Dieu sait prendre ce temps… pour nous c’est souvent plus difficile !

Conclusion

Au seuil d’une nouvelle année scolaire, cet épisode au premier abord banal nous invite à voir la présence de Dieu dans notre quotidien.
La plupart des jours, des mois à venir, seront sans doute banals pour chacun d’entre nous. Ça ne signifie pas que le Seigneur n’y sera pas présent et qu’il ne sera pas en train d’accomplir, ou de préparer l’accomplissement de ses promesses !
Il sera là dans la banalité de nos vies.
Il sera là dans les grands moments de joie et de victoire, dans les moments de tristesse et de douleur, dans nos succès, dans nos échecs.
Gardons cette assurance dans notre cœur.
Nous en aurons sans doute bien besoin.

D’après un texte de Vincent Mieville
image_pdfimage_print

Laisser un commentaire